Comment la Justice se rémunère grâce au bitcoin

Comment la Justice se rémunère grâce au bitcoin

Depuis leurs débuts , les crypto-monnaies ont été associées à toutes sortes d’activités illicites. Le bitcoin offre en effet un certain anonymat et se passe de l’intervention des établissements financiers…ce qui permet d’organiser et cacher plus facilement les activités criminelles.

Une étude récente de l’Université de technologie de Sydney (UTS) a révélé que «environ un quart des utilisateurs de Bitcoin et la moitié des transactions Bitcoin sont associées à des activités illégales».

Cependant, étant donné qu’il y a près de 28,5 millions de portefeuilles Bitcoin qui contiennent plus de 0,001 BTC et que de nombreux utilisateurs possèdent plusieurs portefeuilles – certains étant inactifs – l’ampleur de ce phénomène est considérablement réduite .

Bien qu’il soit assez simple de faire la saisie d’un compte bancaire classique, concernant les cryptomonnaies la taches est bien plus ardue. Analysons quelques cas où les autorités gouvernementales ont saisi des crypto-monnaies en raison d’activités illégales et regardons comment a ensuite été utilisé l’argent par les autorités.

Les autorités internationales n’ont jamais sous-estimé l’ampleur des activités illégales autour du Bitcoin. Europol a récemment reconnu que « trois à quatre milliards de livres en Europe sont blanchies par les cryptomonnaies ».

Silk Road

Malgré les difficultés pour identifier les opérations faite en bitcoin, les procureurs internationaux peuvent se feliciter de plusieurs succès. L’une des opérations les plus connues a été réalisée en octobre 2013 avec la fermeture de Silk Road .

Silk Road était un site Web qui fonctionnait comme un marché noir en ligne pour la vente de drogues illicites, et utilisait Bitcoin pour régler les transactions entre les utilisateurs du site. Après deux années d’enquête, le FBI a arrêté le fondateur et saisi plus de 170 000 Bitcoins, qui représentaient à l’époque environ 1,5% du total des Bitcoin en circulation.

La fermeture de Silk Road n’a pas été le seul beau coup de filet. En novembre 2014, la police de Hesse en Allemagne, avec Europol et le FBI, a opéré contre des sites internet illegaux : Hydra et Silk Road 2.0, qui vendaient également de la drogue.

Achetez vos premiers bitcoins

Saviez-vous qu'acheter du bitcoin n'était pas plus compliqué qu'acheter sur Amazon ? Rue des cryptos vous accompagne dans vos premiers pas.

Achetez en 10 minutes chrono

Selon les forces de l’ordre, ces sites étaient utilisés par environ 150 000 personnes qui, chaque mois, achetaient des médicaments pour des millions d’euros en utilisant des Bitcoins. Cette opération a abouti à la saisie de 126 Bitcoins.

Le cas bulgare

Mais peut-être que l’opération la plus impressionnante a été réalisée le 19 mai 2017 par la police bulgare avec le soutien du Centre d’application des lois du Sud-Est européen (SELEC). Les forces interarmées ont arrêté un groupe criminel organisé qui recrutait des douaniers corrompus dans de nombreux pays européens. Ces derniers étaient utilisés pour introduire un virus dans les systèmes informatisés des douanes pour les desorganiser et rendre la traque de leur groupe plus difficile. À la suite de l’enquête policière, un nombre impressionnant de 213 519 Bitcoin a été saisi.

La solution des enchères

Les saisies de crypto-monnaies se sont enchaînées dans de nombreux pays, y compris les États-Unis, l’Allemagne, la Bulgarie et le Royaume – Uni. La question s’est donc posée de savoir ce qu’il fallait faire avec les « pièces » saisies. Les États-Unis ont été l’un des premiers pays à aborder la question et ont commencé à organiser des ventes aux enchères.

Le United States Marshals Service (USMS), un organisme fédéral au sein du département de la Justice aux Etats-Unis, a mis aux enchères différents lots de Bitcoin saisis. L’une des plus récentes ventes a eu lieu le 11 janvier 2018, où l’USMS a vendu aux enchères 3 813 Bitcoin en trois lots différents de A) 2 500; B) 500; C) 813.

Compte tenu de la valeur du Bitcoin qui était de 11.500 USD au 19 janvier, L’Etat a pu réaliser 44 millions de dollars de recettes.

Et en Bulgarie? Selon les calculs , les 213 000 Bitcoins saisis serait suffisant pour rembourser un cinquième de la dette nationale bulgare. Il y aurait cependant un doute sur le montant de la saisi car le ministère de l’Intérieur aurait communiqué une information contradictoire.

Plus de ventes aux enchères à venir.

La lutte contre le blanchiment et plus spécifiquement celles entourant l’utilisation du bitcoin va fortement croître et les autorités en sont bien conscientes. Étant donné l’extrême rapidité avec laquelle les cryptomonnaies peuvent être déplacées entre les portefeuilles, les États et les continents, une collaboration plus étroite entre les autorités internationales va être nécessaire.

La saisie puis la mise aux enchères des cryptomonnaies va être un fort moyen de dissuasion contre les criminels et également une bonne source de revenus pour les États.

Traduit librement de https://cointelegraph.com

Commentaires Facebook

Marc Verche

Passionné par le Web et la programmation informatique, je me suis essayé à de nombreuses technologies et notamment la BlockChain. Ma philosophie : essayer pour réussir.
Fermer le menu